Que vaut le millésime 2018 dans vos régions ?

Salut les nantai·se·s, les épicurien·ne·s et les autres aussi. En 2018, vous vous êtes marié·e·s, votre bébé est né, votre grand a eut son diplôme ou encore vous voulez tout simplement avoir dans votre cave que des bons millésimes ? Alors vaut-il le coup d’avoir du 2018 dans sa cave ? La réponse, nous allons la découvrir ensemble ci-dessous.

Le mois d’avril dernier avait lieu les primeurs de Bordeaux 2018 qui lancent la grande messe vinicole du millésime et qui va en fixer les prix. Fallait-il casser son PEL pour remplir sa cave ou attendre un prochain millésime plus intéressant ?

Le climat en 2018

 

Mais si, souvenez-vous, 2018 a eut un printemps humide et un été magnifique, et du coup les raisins ont été qualitatifs et aussi quantitatifs. Mais si cela est vrai dans la généralité, comment cela se traduit-il dans les régions viticoles de notre pays ? 2018 est-il un millésime d’exception à garder 20 ou 30 ans, un millésime banal, ou absolument à éviter ? Tout dépendra de sa région, j’aurais tendance à dire ( par exemple, nous avons tendance à dire que 2007 est une mauvaise année, mais les côtes-du-rhône 2007 sont juste magnifique ) et de sa couleur (les bordeaux blanc 2007 sont de bonnes factures alors que les rouges sont très moyens). Allons donc voir dans les régions de production voir ce qu’il en est de plus prêt.

Le Bordelais

banner-bdx-maybe

À tout seigneur, tout honneur, commençons par le roi des primeurs : Bordeaux.

Un hiver et un printemps pluvieux ont donné beaucoup de travail aux vigneron·ne·s car l’humidité à déclenché une épidémie de mildiou dans le vignoble, mais un été radieux à compenser les potentielles pertes et à sauver la récolte au niveau gustatif. En résumé, le vignoble à eu de bons raisins, mais pas autant que l’on aurait espéré. Le millésime, que vous trouverez en magasin en 2020, porte un grand espoir auprès des viticulteur·trice·s qui espèrent compenser le décevant millésime 2017 due à un gel et un recul du marché chinois (qui représente 1/4 des ventes des bordeaux).

Le Sud-ouest

Comme dans le Bordelais, le printemps humide à favorisé le mildiou, mais certaines régions ont pu préserver la qualité et l’acidité de leur récolte garce à leur altitude, leur ensoleillement et leur température fraîche. D’autres appellations de la région moins chanceuse ont subit un été étouffant qui a rôti les baies. D’autres encore vont pouvoir élever un millésime de grande qualité.

Un millésime varié pour la région Sud-ouest allant du moyen au magnifique suivant les appellations. Une visite des domaines, des dégustations et des discussions avec les vigneron·ne·s vous aideront à choisir le meilleur vin.

Le Languedoc-Roussillon

Parole de vigneron·ne·s, promis, juré, craché, le millésime sera exceptionnelle, malgré la vague de chaleur estivale, les inondations et le mildiou.

De ce millésime, on doit retenir la grande qualité de la récolte, un joli fruit et une expression harmonieuse des arômes grâce à un bel été et des températures harmonieuse ; de quoi faire un excellent millésime.

Pour se faire plaisir actuellement misé sur un pic-saint-loup. Miser aussi sur le faugére, par contre la rareté du millésime 2018 risque de faire grimper son prix.

L’année est propice aux muscats, et aux vins doux naturels de la région, comme au Mas Amiel, qui offre un millésime élégant et explosif avec beaucoup de notes fruitées et florales.

Un millésime caniculaire, mais d’une étonnante finesse.

La Provence

Un hiver pluvieux, un printemps tempéré et un été chaud, voici la triplette de la réussite du millésime provençal. Certes, le mildiou à fortement réduit les récoltes, mais la qualité est là et bien là ; bien que certains nous promettent, comme l’année dernière, une pénurie de rosé pour cet été…. mais celle-ci ne devrait pas, tout comme l’été dernier, avoir lieu, le mildiou ayant été éradiqué, la production est égal à celle de l’année dernière.

Les raisins qui ont résistés au mildiou, aidé par le soleil et le mistral sont arrivés à maturité et promettent un bon millésime.

La vallée du Rhône

Et de quatre, cela fait maintenant quatre millésimes extrêmement qualitatif (surtout dans la partie méridionale du vignoble). Peu de mildiou, peu d’humidité, bel ensoleillement, et le mistral ont donné des raisins sains et à maturité. On peut donc s’attendre à des vins rouges souples, gourmands, les tanins sont fondus grâce aux belles maturités. D’une manière générale, la syrah s’avère superbe, les tanins extraits sont très doux.

Les grenaches offrent déjà des arômes de framboise et de grenadine, mais aussi de nombreuses notes poivrées.

2018 est un millésime très haut de gamme. Les premières dégustations offrent une belle complexité, beaucoup de profondeur et une palette aromatique très large.

Les blancs et rosés sont très aromatiques et conservent beaucoup de fraîcheur. L’année a particulièrement réussi aux roussannes et clairettes, deux cépages très expressifs. Les rosés sont fruités avec des acidités faibles, mais plus de gras, de rondeur et de sucrosité ce qui leur confère un caractère gourmand. Une couleur qui se veut en nette progression, grâce à la grande diversité et richesse de profils, de couleurs et de cépages qui séduisent de plus en plus de consommateurs.

Pour la partie septentrionale du vignoble, 2018 prédit une qualité remarquable, des vins denses et velouté et une belle sucrosité. Les syrahs sont  juteuses, d’une robe profonde et ont de jolis tanins ; et les blancs sont aromatiques à souhait.

La Savoie, le Jura et le Bugey

Le Jura

2018 est une année propice aux belles récoltes dans le jura ; « enfin ! »pourraient dire les vigneron·ne·s du jura, qui avec ce millésime vont pouvoir reconstituer les stocks et répondre à la demande du marché. Outre la quantité et la qualité du raisin, le millésime 2018 semble aussi éloquent que l’anthologique 1947.

La savoie et le Bugey

Le millésime serait, d’après les expert·e·s du milieu un millésime exceptionnel.

La Bourgogne

Pour le millésime 2018, le bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne, le BIVB, est dithyrambique pour les bourgognes rouges, … mais pas que!!! Il l’est aussi pour les bourgognes blanc et les crémants. Les hospices de Beaune étaient en effervescence lors de la dégustation du dernier millésime.

Les blancs sont aromatiques, les rouges sont complexes et puissants. C’est un millésime tout en gourmandise qui sera dans nos bouteilles de Bourgogne cette année.

L’Alsace

Une récolte précoce, des volumes conséquents, des vins prometteurs, avec des crémants racés et élégants, des blancs fruités et gourmands et des rouges grandement réussi. Voilà ce que promettent les vigneron·ne·s d’Alsace.

La Champagne

En agriculture, la canicule n’est jamais la bienvenue, mais quand elle est associée à un hiver humide, et à un sol calcaire, cela peut être bénéfique ; preuve en est pour le millésime 2018 Champenois, malgré les attaques de mildiou. Nous retrouverons donc le grand millésime champenois dans nos rayons en 2020/2021.

La vallée de la Loire

Et on fini ce tour de France du millésime par la vallée de la Loire. Pour 2018, un printemps favorable et une floraison précoce, un mois de juin pluvieux propice aux mildiou, mais bien maîtrisé, et un été chaud ont eut pour résultat une récolte qualitative et quantitative, qui promet un millésime d’anthologie, aromatique et gourmand, de Nantes à Sancerre, en blanc et en rouge.

Conclusion

Si vous avez une bonne cave, de la patience et le budget, prenez quelques bouteilles de 2018…. Ouvertes le moment venu, cela sera un délice.

BRUNO

* je n’ai pas été rémunéré pour écrire cet article, je demeure libre de mes avis.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.